Mon parcours


François Amorim Machado 

Fonctions : 
Collaborateur parlementaire du député Alain Tourret (RRDP) depuis le 01/07/2012
Secrétaire de la section du pays de Condé et de la Druance depuis le 20/04/2011
Secrétaire fédéral au Mouvement social depuis le 01/12/2012

Biographie: 
Date de naissance : jeudi 25 mai 1989 
Lieu de naissance : Argentan (61)


Mon engagement

"Ça ne s'apprend jamais trop tôt, la liberté" - Hervé Bazin (1911 - 1996)

Cette citation, extraite du manuscrit de l'écrivain français Hervé Bazin Ce que je sais paru en 1977, explique en grande partie mon engagement politique. La France n'a connu grandeur que lorsque ses hommes et ses femmes ont agi en citoyens. Dans un monde où la notion de citoyen est devenue obsolète, il est plus que jamais nécessaire de rappeler ce qu'est la liberté et ce qu'elle apporte à la Société. La liberté est pour moi le fait d'agir selon ses convictions, de poursuivre des idéaux en les confrontant à d'autres même contraires, de vivre en Homme et non en instrument. Mon engagement politique n'a qu'un but : se battre pour que personne n'en soit privé.

Condé-sur-Noireau

Je suis né le 25 mai 1989 à Argentan, dans le département de l'Orne, et j'ai passé mes 19 premières années dans le pays de Condé, d'abord à Condé-sur-Noireau puis à Saint-Denis-de-Méré. Mes parents, sans être encartés, m'ont transmis des valeurs propres à la Gauche dont le respect et l'écoute, mais aussi les notions de société, de solidarité et d'engagement.

Un enfant a souvent envie de ressembler à son père, et c'est peut être parce que j'ai passé une bonne partie de mon enfance à voir mon père, syndicaliste, se donner pour les autres et se battre pour ses idées que j'ai eu envie d'un engagement public.

A Condé, j'ai fréquenté le collège Dumont-d'Urville puis le lycée Charles Tellier où j'ai obtenu mon bac série S. C'est d'ailleurs là que j'ai découvert ce qu'était un mouvement social et à quel point il était difficile de le gérer. En 2005, d'abord, à peine entré au lycée, j'organisais avec des amis une manifestation contre la réforme du bac voulue par le ministre de l'Education nationale de l'époque, François Fillon, puis en 2006, en tant que meneur du mouvement anti-CPE, où j'ai organisé différentes actions à Condé, à Caen et au sein du lycée.

Mon arrivée au PS et au MJS


J'ai rejoint le Parti socialiste en janvier 2010. J'avais besoin de trouver un parti défendant des idées de Gauche qui me permettrait d'agir pour changer les choses sans attendre une hypothétique révolution. J'ai donc adhéré à la section de Caen-Est, animée par Antoine Casini, et rejoint dans la foulée le Mouvement des Jeunes Socialistes. 

Le MJS m'a énormément apporté. La formation qu'il propose, les échanges décomplexés qu'il encadre et l'amitié qu'il créé entre ses membres en fait un outil incontournable pour tout jeune qui souhaite poursuivre un engagement publique à Gauche. 

Les élections cantonales

Les choses vont parfois très vite, et c'est avec moins d'un an d'expérience socialiste que j'ai été investi candidat aux élections cantonales de 2011 sur le canton de Condé-sur-Noireau par les militants sur place et la fédération. 
  
Opposé à Pascal Allizard, UMP sans étiquette, j'ai été battu au premier tour avec 29%. Bien que toujours déçu par ce résultat qui n'aurait à mon sens été bon que s'il avait abouti à un ballottage, cette campagne de quatre mois et sa conclusion a permis de montrer qu'une alternative à la droite existait et que plus d'une personne sur quatre la souhaitait.


Secrétariat de section et Primaire


Les cantonales auront donc permis une chose : la renaissance du socialisme à Condé-sur-Noireau. Le 20 avril 2011, je proposais ma candidature au mandat de secrétaire de section, proposition qui fut acceptée par les militants.
  
Avec une équipe soudée par une franche amitié, j'ai organisé la primaire citoyenne sur les cantons de Condé-sur-Noireau et Thury-Harcourt. Au final, ce sont près de 1200 personnes qui sont venues voter dans le bureau que je présidais, alors que la section ne comptait que 8 membres. Cette expérience nous a montré à quel point une volonté d'acier pouvait soulever des montagnes. Membre du comité de soutien à Martine Aubry, j'ai d'ailleurs eu le plaisir de la voir arriver en tête au second tour dans mon bureau de vote.

Présidentielle et législatives de 2012



J'ai attaqué la campagne pour l'élection présidentielle en qualité de co-mandataire de François Hollande pour la 6e circonscription. Les résultats ont été excellents : près de 60% à Condé-sur-Noireau, 52% sur l'ensemble de la circonscription pour François Hollande.

Ont suivi les élections législatives, où Alain Tourret m'a proposé de rejoindre son staff de campagne, ce que j'ai bien entendu accepté. Je suis ainsi devenu son coordinateur de campagne.

Après un travail acharné de près de six mois, Alain Tourret retrouvait le palais Bourbon avec  54% des voix, score jamais atteint sur ce territoire par un candidat de gauche. La campagne fût difficile mais passionnante, coordonner des militants de partis politiques différents n'a pas toujours été évident, mais le bilan que j'en tire est avant tout positif, tant l'expérience que je tire de cette période est importante.



2012, l'année du changement




Alain Tourret élu, il m'a aussitôt proposé d'intégrer son équipe parlementaire. Je suis ainsi devenu collaborateur parlementaire, en circonscription et épisodiquement à Paris.

A l'occasion du congrès de Toulouse du Parti socialiste, je soutiens la motion 1 portée par Harlem Désir, motion arrivée en tête dans la fédération du Calvados et à l'unanimité dans ma section. Raphaël Chauvois , une fois réélu premier fédéral le 15 novembre 2012, m'a nommé Secrétaire fédéral au Mouvement social.